La société civile : acteur incontournable de la francophonie

La Francophonie regroupe aujourd’hui 88 états et gouvernements. Le prochain sommet est prévu en fin d’année à Djerba en Tunisie. La langue française est parlée par plus de 300 millions de personnes sur les cinq continents. Découvrez le rôle des acteurs francophones en visionnant le webinaire « La société civile, vecteur de la francophonie : atouts et limites ».

Au-delà des institutions, la francophonie se nourrit des actions de multiples organisations et associations. Comment agissent-elles ? Dans quels domaines ? Pourquoi sont-elles aujourd’hui incontournables ? La conférence en ligne « La société civile, vecteur de la francophonie : atouts et limites », organisée par l’Association du notariat francophone et animée par Futuring Press le 4 février de 14 h 30 à 16 h répond à ces questions.

Les échanges ont montré le dynamisme de la francophonie dans l’ensemble des secteurs de nos sociétés : économique, juridique, social, environnemental. Ce webinaire a réuni de nombreuses personnalités :

  • Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre, président de l’IDEF, Institut international de droit d’expression et d’inspiration françaises a exposé les défis de la francophonie contemporaine ;
  • Jacques Krabal, secrétaire général de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) a montré l’implication des 90 parlements regroupés au sein de l’APF ;
  • Pour Audrey Tcherkoff, présidente exécutive de l’Institut de l’économie positive, la francophonie économie est en marche et peut se construire autour de valeurs démocratiques, sociales et environnementales.
  • Roland Portella, président de la CADE, Coordination pour l’Afrique de Demain, a pour sa part expliqué que l’avenir de la francophonie économique dépendait de quatre grands enjeux : réchauffement climatique, employabilité, formation professionnelle, innovation ;
  • Marie Rinfret, protectrice du citoyen du Québec, vice-Présidente de l’AOMF, association des ombudsmans et médiateurs de la francophonie a rappelé comment, dans le contexte sanitaire actuel, le respect des droits humains, l’État de droit sont des remparts pour protéger les citoyens et notamment les plus fragiles.
  • La présidente de la CNIL, secrétaire générale de l’Association francophone des autorités de protection des données personnelles (AFAPDP) Marie-Laure Denis, a rappelé la nécessité de protéger les citoyens dans l’utilisation publique et privée de leurs données personnelles.
  • Laurent Dejoie, président de l’Association du notariat francophone, a démontré l’importance du droit dans les pays francophones pour consolider l’État de droit et la bonne gouvernance, pour harmoniser les affaires, et pour garantir les droits des citoyens dans de nombreuses dimensions de nos sociétés.

Pour visionner la conférence en ligne : https://youtu.be/hqLUA4op0p4

Retour haut de page