Young Leaders 2021, Aïssa Ndiaye, membre de l’ANF, lauréate!

Parrainée par les présidents du Sénégal et de France, Macky Sall et Emmanuel Macron, la promotion 2021 récompense cent lauréats départagés parmi près de 3 000 candidats africains et français, âgés entre 28 et 40 ans. Ils représentent 25 pays africains ; 78 sont originaires d’Afrique francophone. Les Young leaders œuvrent dans différents secteurs : services financiers, éducation, économie, santé, médias et divertissement, non-profit, affaires publiques, services aux entreprises, sport et services juridiques. C’est dans cette dernière catégorie qu’Aïssa Ndiaye, notaire à Paris et membre de l’Association du notariat francophone (ANF), a été sélectionnée.

Comment avez-vous été choisi pour devenir l’un des 100 Young Leaders 2021 ?
Chaque année, la French-African Foundation réunit une promotion de Young Leaders appelés à jouer un rôle important dans les relations franco-africaines, sur la base d’un appel à candidatures public et d’un processus de sélection par un jury. Les candidats retenus participent à deux séminaires de cinq jours, en France et sur le continent africain. Ces sessions permettront aux lauréats de bénéficier d’opportunités uniques de mentorat, de formation et de networking avec des dirigeants des secteurs public et privé. Pour ma part, j’ai été contactée par la fondation qui avait eu écho de mon profil pour candidater.


Comment voyez-vous votre rôle de Young Leader ?
Mon rôle est de contribuer au programme à travers mon expertise et mon expérience des relations franco-africaines en proposant des idées nouvelles notamment sur des sujets relatifs à la sécurisation juridique dans divers domaines. Je suis disposée à apporter ma contribution à l’élaboration de normes juridiques permettant de faciliter les relations économiques et sociales entre la France et différents pays d’Afrique.


Vous êtes impliquée dans de nombreux projets de l’ANF ou du CSN, Conseil supérieur du notariat (formation, droit OHADA, cours de droit à l’université de Niamey, Programme d’appui à la justice au Mali, …). Que représente pour vous cette reconnaissance ?
Elle est valorisante et symbolique. Elle représente l’évolution de notre profession et l’implication du notariat français dans les relations entre la France et le continent africain à travers notamment les diverses actions menées par l’ANF et le CSN, auprès duquel je suis déléguée au Pôle Afrique subsaharienne – Ohada et Francophonie. Je suis ravie que mon engagement soit mis en avant et cela me motive à continuer et à m’investir davantage.

Lauréate Young Leader, qu’est-ce que cela implique pour vous?
Cela implique un investissement personnel, une réelle volonté de contribuer au développement des relations entre la France et l’Afrique. Cela implique également de s’intégrer à un groupe de personnes issues de milieux professionnels très variés (finances, média, business, ONG, sport, etc…) et à réussir à trouver sa place.

Vous avez été sélectionné dans la catégorie « Legal Services ». Dans quels projets allez-vous vous investir ?
Le programme a débuté à Paris en octobre dernier. Lors de cette session nous avons eu l’opportunité unique d’échanger avec des membres du gouvernement français, des chefs d’entreprises, des parlementaires, des spécialistes réputés dans leur domaine de compétence (sport, développement durable, environnement, etc..). Ce n’est qu’à la fin de la deuxième session, prévue à Dakar en mars 2022, que nous pourrons tirer les conclusions de nos échanges et déterminer les projets dans lesquelles les Young Leaders pourront s’investir selon leur domaine de compétence. 

Quels ponts voyez-vous entre la France et l’Afrique du fait de votre double appartenance culture africaine et française ?
Les ponts culturels, sociaux, économiques existent depuis très longtemps entre la France et l’Afrique en raison notamment de notre histoire commune. Mon rôle à travers cette double culture est de contribuer à une nouvelle vision des relations franco-africaines peut-être plus égalitaire à tous points de vue. Une relation fondée sur des partenariats et des échanges de compétences à travers la pratique notariale et, de manière plus générale, à travers la sécurisation juridique.


Retour haut de page